juillet 21, 2020

Le port ou non des gants contre la COVID-19

Tout comme pour les masques, la controverse concernant le fait de porter ou non des gants pour lutter contre la COVID-19 subsiste. Il existe différentes perspectives car les gants, comme tout équipement de protection individuelle (ÉPI), peuvent donner un faux sentiment de sécurité à la personne qui les porte. Si les gants sont retirés de manière incorrecte, la personne finira par être exposée au virus de toute façon, et cette situation peut en fait entraîner plus de risques que si la personne n’avait jamais porté l’ÉPI en premier lieu.

Il est très courant de voir des gens porter des gants en public, en particulier lors de leurs achats. À cette occasion, il n’est pas rare de se rendre compte que de nombreuses personnes portent incorrectement des gants et d’autres formes d’ÉPI. Par exemple, je vois souvent des consommateurs porter des gants à l’épicerie. Ils touchent leur chariot, de nombreux produits sur les étagères et dans le rayon des fruits et légumes, mais ils gardent ces mêmes gants pour utiliser leur téléphone, répondre aux appels, envoyer des textos et payer leurs épiceries. En arrivant à leur voiture, ils n’enlèvent pas leurs gants, montent et démarrent en portant les mêmes gants!

Si une personne porte des gants, cet ÉPI doit être utilisé pour des activités spécifiques. Lorsqu’elle change de tâche, la personne doit jeter ses gants OU traiter ceux-ci comme si elle n’en portait pas. Dans ce cas, cela signifie de se laver les mains ou d’appliquer un désinfectant pour les mains pendant qu’elle porte ses gants. Bien qu’il puisse sembler ridicule de laver vos gants, c’est la réalité de leur utilisation. Puisque le virus COVID-19 ne pénètre pas dans notre corps par la peau, cela signifie que les gants n’offriront en fait qu’une protection très limitée. Les virus continueront à se propager par le toucher, que la personne porte des gants ou non. C’est pourquoi le lavage des mains est si incroyablement efficace pendant la pandémie.

Considérez cette règle de base : si une personne portait des gants pour son travail avant la COVID-19, elle devra toujours les porter pendant cette période d’épidémie. Cependant, il existe maintenant certains emplois qui nécessiteront également l’utilisation de gants, par exemple, lors :

  • du traitement du courrier et des colis
  • de la manipulationde l’argent
  • de la manipulation d’objets qui sont passés par plusieurs mains

Si la profession actuelle d’une personne exige qu’elle porte désormais des gants, il est essentiel que certaines politiques et procédures soient mises en place, ainsi qu’un programme de formation des employés. Cette documentation doit être facilement accessible à tout le personnel pour garantir que les procédures sont correctement mises en place et continuellement suivies.

Il est également important de comprendre qu’il existe de nombreux types de gants différents; il est donc tout aussi essentiel d’assurer qu’une personne choisisse la bonne paire de gants pour la tâche particulière à accomplir. Malheureusement, il n’existe actuellement pas de « gant unique » qui offre une protection contre toutes les situations et substances.

Les gants médicaux, par exemple, sont stériles et destinés à être utilisés dans des environnements stériles. En revanche, ces gants de qualité médicale seraient inutiles pour un mécanicien, car un moteur de voiture est loin d’être stérile, et la machine ne pourrait pas contracter un virus potentiel. L’utilisation de gants de qualité médicale pour les mécaniciens n’offrirait même pas une protection contre les types de produits chimiques qu’ils pourraient utiliser. Si une personne prévoit d’utiliser des produits chimiques, il est essentiel qu’elle se réfère aux fiches de données de sécurité correspondantes avant de choisir des gants, afin d’assurer une protection adéquate.

De plus, bien que les gants en latex soient peu coûteux et qu’ils offrent un bon niveau de protection contre les agents pathogènes véhiculés par le sang, les gants en nitrile procurent en fait une meilleure protection contre une large gamme de produits chimiques et de solvants. Toutefois, les gants en nitrile ne sont pas idéals afin de protéger contre les acides oxydants.

Vous avez des questions sur les gants et sur ceux qui sont les mieux adaptés pour un projet particulier sur lequel vous travaillez? Dans un excellent guide que vous pouvez retrouver ici, Ansell présente divers types de matériaux pour les gants et les produits chimiques contre lesquels ils protègent.

À propos de l’auteur

Justin McConville, CCPSA, Chef, Santé, sécurité et environnement, Restauration On Side. Justin détient une certification professionnelle du Conseil canadien des professionnels en sécurité agréés (CCPSA). Il travaille pour Restoration On Side depuis 16 ans, où il est responsable de la santé et de la sécurité de plus de 1 300 employés de Restauration On Side partout au Canada, ainsi que des divisions des matières dangereuses de l’entreprise. Justin a joué un rôle déterminant dans l’élaboration des diverses politiques et procédures visant à assurer la conformité continue aux exigences réglementaires multiprovinciales. Il est un membre actif du Comité consultatif technique de la BCCSA, qui se concentre sur l’élaboration de normes de sécurité et la formation de l’industrie. Il est également membre collaborateur et expert en la matière au sein de divers comités, dont WorkSafeBC/BCCSA : Comité de l’entrepreneur principal, Comité du Groupe de travail sur l’amiante et Comité du plan de contrôle de l’exposition aux matières dangereuses. En 2018, Justin a reçu le prix Safety & Health Week Champion décerné par la BC Construction Safety Alliance pour son dévouement et sa contribution au développement des ressources de sécurité de l’industrie.